LAURENT GARNIER AU MAD. Cet homme est une légende !

JEUDI 29 MARS 2012 - Alors certes, cela fait longtemps qu’il a disparu du classement des meilleurs DJ’s du monde, mais Laurent Garnier n’en a cure. Quand bien même il figurait encore dans la liste des 35 meilleurs DJ’s de tous les temps, établie par le magazine anglais Mixmag. Il était d’ailleurs le seul Français. Laurent Garnier est de la trempe des Jeff Mills et autres Erick Morillo. Toujours avide de nouveaux sons, de nouveaux projets, de nouvelles idées. Cette année, il fête un quart de siècle de clubbing. Une aventure qui a pourtant commencé bien avant. A 10 ans. «Ma chambre ressemblait à un nightclub. Il y avait des lampes de toutes les couleurs, une boule à facettes, une cabine DJ et un dancefloor. Je ne rêvais que d’une chose: faire danser les gens.» Laurent Garnier tombe d’abord dans l’acid-house du côté de Manchester. Puis il fait les belles nuits de la Luna, du Rex et du Palace dans les 90’s avant d’opter pour une techno parfois déroutante et expérimentale. Premier artiste à décrocher une Victoire de la Musique en catégorie Dance en 1998, la même année que son Olympia, Laurent Garnier n’a de cesse d’explorer les univers musicaux. Il compose pour le cinéma, pour la télévision, pour le théâtre et pour les compagnies de danse. Il est aussi homme de radio, notamment sur Couleur 3 avec son émission live «It Is What It Is». Sa dernière virée aux frontières de la musique et de la scène se nomme Live Booth Session. Sur scène, accompagné de Benjamin Rippert (keyboards) et de Scan X (machines), il marie techno, jazz, house, dub, breakbeat et dubstep. Il faut avoir vu – et entendu – Laurent Garnier sur scène. Au moins une fois.

Copyright © 2011 mad